Nos Paroisses

 

 

 

 

 

 

 Saint-Hermeland : adresse 8, place de la République

Culte Catholique romain église paroissiale Début de la construction XIe siècle Fin des travaux  XIIe siècle-XIIIe siècle Style dominant Gothique Protection Logo monument historique Classé MH (1862) L'église date de la première période du gothique(fin XIIe) (1175) sous le règne de Philippe-Auguste, elle fut achevée sous celui de Louis IX au début du XIIIe siècle, vers 1230 - 1240, à l'exception de la base du clocher qui est du début du XIIe siècle. Elle fut très remaniée en 1845 et en 1870

Sainte Monique : adresse Rond-point des martyrs de Châteaubriant

1954, début de la construction, c’est l’architecte Roger FARAUT qui est choisi, assisté de Roger LEMOINE ; les gros-œuvres sont confiés à André DELAU et Fils, entrepreneur à Montrouge. De 1955 à 1956 Roger FAVRAUT étudie la construction et se trouve confronté à divers problèmes : pétition contre la construction « style trouvé trop novateur », bruit occasionné par les cloches (c’est peut-être pour ça que l’église n’a pas de clocher) … etc …  et compte tenu des carrières il a fallu prévoir des fondations spéciales (10 puits descendus à 21 mètres de profondeur). Il propose un projet de 600 places, Bagneux comptait environ 15000 habitants à forte population de familles modestes. Ce sont les Augustins, dont l’histoire est commune avec sainte-Monique qui sont en charge de la paroisse. Le financement de la construction est pris en partie par l’association Diocésaine (prêt de 10 millions de francs, pour le reste des sommes, sont organisées des manifestations : un courrier à toutes les Monique balnéolaises est envoyé, la contribution s’élève à 394 800 francs ; une collecte de papier et chiffon : 20 500 francs ; en avril 1959 un rallye a lieu à Bagneux pour ramasser des journaux des livres et papiers, la somme globale recueillie dépasse le million de francs. Le 3 février 1963 une vente de charité est organisée : livres, lingerie, jouets, confiseries, articles de parfumerie le tout avec buvette…  Apparait la Tarte sainte-Monique dont voici la recette : 250g de farine - 125 g de beurre - 50g de sucre - 5g de sel - un peu d’eau -  mélanger le tout - faire cuir des pruneaux et des abricots dans de l’eau bouillante - enlever les noyaux- beurrer un moule à tarte y mettre la pâte - recouvrir d’un peu de crème anglaise - garnir autour avec des tranches de pommes - faire une rosace avec les pruneaux - garnir le fond avec les abricots - mettre au four environ une heure. 1963, fin de la construction. Le vitrail composé de dalle de verre à dominance verte et bleue est dû à Christine MESMER et à l’atelier de vitrail de Fontenay-aux-Roses Guy Le CHEVALIER. Les 12-13-14 février 2013 ont été fêtés les 50 ans de sainte-Monique voir album photos à cet occasion un livret détaillé de l’histoire de Sainte-Monique a été imprimé.

  St René : adresse : Avenue Albert Petit.

ARCHITECTURE ET ART la chapelle est construite selon un plan allongé simple à trois vaisseaux de quatre travées et un chevet plat. L'édifice est en crépi, avec un toit à longs pans et un clocher-mur sur lequel est accolé un porche reprenant la forme générale de l'édifice avec une petite toiture à deux pans surmontée d'une statue du saint. Les fenêtres sont cintrées et géminées dans un effet d'homogénéité de l'édifice. Epoque et styles XXème Principales étapes de construction : année d'exécution 1936, architecte C. Venner. (Site Les Chantiers du Cardinal: http://www.chantierscardinal.cef.fr/)

  La Pentecôte : adresse : 19, avenue de Montrouge 92340 Bourg-la-Reine.

NAISSANCE DE L’EGLISE « LA PENTECÔTE de PQRT-GALAND »

Ce n’est qu’au milieu des années 50 que le quartier de Port-Galand commença à s’urbaniser. Ce très ancien lieu-dit, déjà cité dans une charte de Louis VI Le Gros, situé entre les communes de Bourg-la-Reine et de Bagneux offre encore en 1959 des champs en friches et quelques jardins entourés de chantiers d’où s’élèveront rapidement de grands ensembles d’habitation.

En 1961, dans l’un de ces ensembles, les Chantiers du Cardinal achètent un appartement pour loger le prêtre qui sera chargé de la création d’une nouvelle paroisse et d’inspirer l’édification de son église. Il s’agit du Père Claude Godin, premier Curé, qui effectuera toutes les démarches depuis la recherche et l’acquisition du terrain jusqu’à l’ouverture et la mise à disposition des fidèles d’une nouvelle église.

En attendant, la paroisse prend vie, les célébrations dominicales ont lieu dans la chapelle de l’institution VALLET de Bourg-la-Reine et les sacrements de Baptême et de Mariage sont proposés aux demandeurs dans leur église d’origine. Notamment Saint-Gilles de Bourg-la-Reine, Sainte-Monique de Bagneux et Saint-Stanislas des Blagis.

Ce n’est qu’en octobre 1964, qu’un terrain d’environ 1.000 m2, situé à l’extrême limite Nord de Bourg-la-Reine est acquis.

Les architectes VUARNESSON et FOURQUIN peuvent alors se mettre à l’œuvre pour la construction de l’église en étroite collaboration avec le Père Godin et suivant ses directives.

Le 23 décembre 1965, sans cérémonie, ainsi qu’en avait décidé le Père Godin, la première pierre sera posée et la construction durera moins de 2 ans.

En effet, le 1er octobre 1967, le Père Jacques DELARUE, premier Evêque de Nanterre, bénira l’église à laquelle est attribué le nom de : « LA PENTECÔTE DE PORT-GALAND », nom choisi par le Père Godin, compte tenu qu’il règne sur une paroisse de fidèles appartenant à plusieurs dizaines de Nationalités ou Ethnies et aussi parce que le quartier de Port-Galand est à cheval sur les parties des deux communes qui forment la paroisse.