Le sacrement des malades

Demande d'Intention de messe

                         Formulaire Intention de messe 

 

Qu'est-ce que le sacrement des malades ?

Le sacrement des malades a pour but de donner une aide spéciale au chrétien confronté aux difficultés d'une maladie grave ou de la vieillesse. Le chrétien peut recevoir le sacrement des malades chaque fois qu'il est atteint d'une grave maladie.

Comment reçoit-on le sacrement des malades ?

Seuls les prêtres peuvent donner le sacrement des malades Pour le faire ils emploient de l'huile bénite par l'évêque ou, en cas de besoin, par le prêtre lui-même.

Avec cette huile, il marque le front et les mains du malade en priant Dieu pour lui.

Qu'apporte le sacrement des malades ?

Les fruits du sacrement de l'Onction des malades sont:

- L'union du malade à la souffrance de Jésus au moment de sa Passion.

- Le réconfort, la paix et le courage pour supporter chrétiennement les souffrances de la maladie ou de la vieillesse.

- Le pardon des péchés si la confession n'a pas pu être possible.- Le rétablissement de la santé, dans certains cas.

 (Source : Le petit guide de la Foi Catholique, Mgr André Vingt-trois, Editions Le Sénevé / Cerp)

 

Si vous désirez ce sacrement :

Contactez, l’accueil de votre paroisse

ou le secrétariat : par mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

L’Onction des malades

L’Onction des malades peut être célébrée d’une manière communautaire au cours d’une eucharistie. Mais elle peut l’être aussi en dehors de la Messe, chez le malade lui-même ou à l’hôpital. Dans la chambre du malade, une table est recouverte d’une nappe — avec un cierge allumé et un crucifix — pour que le prêtre y dépose l’huile sainte et éventuellement le pain consacré. Pour donner au sacrement toute sa dimension ecclésiale, il est bon d’inviter quelques personnes proches. L’imposition des mains par le prêtre sur la tête du malade et l’onction d’huile sainte accompagnée de la prière de l’Église constituent la partie essentielle de la célébration de l’Onction telle que la décrit la lettre de saint Jacques.

Lecture de la lettre de saint Jacques

Frères, si l’un de vous est dans la souffrance, qu’il prie ; si quelqu’un est dans la joie, qu’il chante le Seigneur. Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Église la fonction d’Anciens : ils prieront pour lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. Reconnaissez vos péchés les uns devant les autres, et priez les uns pour les autres afin d’être guéris, car la supplication agit avec beaucoup de puissance.

Ouverture de la célébration

Le prêtre salue le malade et ceux qui l’entourent. Il rappelle brièvement le sens de la célébration et il asperge, s’il veut, l’assemblée avec l’eau bénite, en disant par exemple : Cette eau nous rappelle notre baptême : elle nous fait souvenir du Christ qui nous sauve par sa croix et sa résurrection.

L’imposition des mains et l’Onction d'huile

Le prêtre impose les mains sur la tête du malade en silence. L’huile des malades a été bénie par l’évêque au cours de la messe chrismale du Jeudi saint. Le prêtre commence par cette prière d’action de grâce : Nous te rendons grâce, Père, car c’est toi qui sanctifies toutes choses, c’est toi qui as béni cette huile par la puissance de ton Esprit. Manifeste encore ton amour pour ton serviteur qui va recevoir l’Onction avec foi. Accorde-lui, nous t’en prions, la force de lutter pour guérir, la santé du corps et de l’esprit. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Les onctions sur le malade

Ensuite le prêtre fait au malade une onction sur le front et une autre à l’intérieur des mains, en disant une seule fois : N………., par cette onction sainte, que le Seigneur, en sa grande bonté, vous réconforte par la grâce de l’Esprit Saint. R/ Amen. Ainsi, vous voyant libéré de tous péchés, qu’il vous sauve et vous relève. R/ Amen.

Prière après l’Onction

On partagera alors quelques intentions de prière, par exemple : - Pour le malade…, pour ceux qui soignent les malades…  - Pour que l’Esprit Saint guide la recherche de tous ceux qui luttent contre la maladie… - Pour ceux qui souffrent dans leur corps ou dans leur cœur… - Pour l’Église et pour tous ceux qui en ont la charge… Pour les intentions particulières du malade (famille, amis, autres préoccupations…) et des participants…

Prière finale

Seigneur Jésus Christ, toi qui as voulu connaître notre condition d’homme pour relever les malades et sauver les pécheurs, regarde N. qui attend de toi la santé de l’âme et du corps. Nous venons de lui faire en ton nom l’Onction sainte : que la puissance de ton amour lui redonne vigueur, que ton soutien le réconforte, qu’il soit victorieux de son mal. Donne-lui de conserver l’amour dans son épreuve comme tu l’as fait toi-même dans ta Passion. Toi qui vis pour les siècles des siècles. Notre Père qui es aux cieux…

Le prêtre bénit ensuite l’assemblée. Par exemple :N….. que Dieu notre Père vous bénisse et vous garde dans son amour. R/ Amen. Que son Fils Jésus vous réconforte. R/ Amen. Que le Saint-Esprit vous éclaire et vous conseille. R/ Amen. Et vous tous qui êtes ici, que Dieu tout amour, Père, Fils et Saint-Esprit, vous bénisse et vous garde dans sa paix. R/ Amen.

De très courtes phrases adressées à Dieu que je sens présent au cœur même du bouleversement de mon corps : « Père, je remets ma vie entre tes mains » ; « Si c’est possible, que ce calice s’éloigne de moi. » En tout cas, plus j’accumule les expériences de douleur, plus je me rends compte que le Christ, pendant la Passion et surtout sur la Croix, a dû subir des souffrances horribles. Seigneur Jésus, donne-moi de croire, d’espérer, d’aimer au cœur de mes accablements comme tu as su le faire quand tu as vécu la Passion. [Xavier Thévenot]

Quelques chants

N’aie pas peur

N’aie pas peur,

Laisse-toi regarder par le Christ,

Laisse-toi regarder car il t’aime.

Il a posé sur moi son regard,

Un regard plein de tendresse.

Il a posé sur moi son regard,

Un regard long de promesse.

Il a posé sur moi son regard,

Et m’a dit : « Viens et suis-moi ! »

Il a posé sur moi son regard,

Et m’a dit : « Viens, ne crains pas ! »

Il a posé sur moi son regard,

Et ses yeux en disaient long.

Il a posé sur moi son regard,

C’était celui du pardon.

Il a posé sur moi son regard,

Alors j’ai su qu’il pleurait

Il a posé sur moi son regard,

Alors j’ai su qu’il m’aimait.

Je suis ton enfant

 

Ô Père, je suis ton enfant.

J’ai mille preuves que tu m’aimes.

Je veux te louer par mon chant,

Le chant de joie de mon baptême.

Comme la plante pour grandir

A besoin d’air et de lumière

Tes enfants pour s’épanouir

Ont ta Parole qui éclaire.

Ceux qui ont soif de vérité

En ton esprit se voient comblés.

Comme le torrent et la mer,

Comme l’eau claire des fontaines,

Comme le puits dans le désert

À toute vie sont nécessaires,

Seigneur, tu nous combles toujours

De la vraie vie de ton amour.

Beaucoup de grains font un épi,

Beaucoup d’épis font une fête

Une moisson qui rassasie

La faim des hommes sur la terre.

Unis comme les grains de blé,

Nous formons la communauté.

Ta main me conduit

Ta main me conduit,

Ta droite me saisit,

Tu as posé sur moi ta main.

Toi tu me sondes et me connais,

Tous mes chemins sont devant toi.

Tu perces toutes mes pensées

Et tu as mis sur moi ta main.

C’est toi qui as formé mon cœur,

Tu m’as brodé, m’as façonné.

Je te bénis, Dieu de ma vie,

Pour la merveille que je suis.

Tu vis au creux de mon mystère,

Mes jours pour toi sont définis.

Point de ténèbres devant toi,

Tu es lumière dans ma nuit.

Les mains ouvertes devant toi

Les mains ouvertes devant toi,

Seigneur, pour t’offrir le monde

Les mains ouvertes devant toi,

Seigneur, notre joie est profonde.

Garde-nous tout petits

Devant ta Face,

Simples et purs comme un ruisseau !

Garde-nous tout petits

Devant nos frères,

Et disponibles comme une eau !

Garde-nous tout petits

Devant ta Face,

Brûlants d’amour et pleins de joie !

Garde-nous tout petits

Parmi nos frères,

Simples chemins devant leurs pas !

 

Le Seigneur est mon berger

Le Seigneur est mon berger,

rien ne saurait me manquer.

Le Seigneur est mon berger,

Je ne manque de rien.

Sur des prés d’herbe fraîche,

Il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles

Et me fait revivre ;

Il me conduit par le juste chemin

Pour l’honneur de son nom.

Si je passe un ravin de ténèbres,

Je ne crains aucun mal,

Car tu es avec moi,

Ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi

Devant mes adversaires ;

Tu répands le parfum sur ma tête,

Ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent

Tous les jours de ma vie.

J’habiterai la maison du Seigneur

Pour la durée de mes jours.

 

À Marie

Toi qui nous tiens par la main,

Guide-nous, Marie.

Montre-nous le vrai chemin

Qui nous mène à Lui.

Lorsque sonne l’Angélus

Au cœur de nos vies.

Donne-nous d’être

Encore plus disponible à Lui.

Dans nos peurs, nos désarrois,

Nos Gethsémani,

Que debout, malgré les croix,

Nous allions vers Lui.

Que nos vies comme ton « Fiat »

Soient un vrai merci,

Louange et magnificat,

Avec Toi, pour Lui.